Des Pages et des Mots

17 juin 2019

des mots en mai

J'ai tardé mais voici notre petit rendez-vous "lectures", avec un retour sur les livres que j'ai lus en mai et début juin. 

lectures mai

le journal de ma disparition : Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime. Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt. Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné… Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

Je suis en général plutôt fan des polars nordiques. Celui-ci m'a pourtant laissée assez froide, et je me suis plutôt ennuyée. les noms des personnages, les époques, j'ai tout mélangé du début à la fin. Peut-être était-ce dû à mon état de fatigue générale, mais finalement, je n'ai pas pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce livre. YYYYY

***

ne t'enfuis plus : Votre fille a fugué avec un garçon peu fréquentable. Vous ne l'avez pas vue depuis six mois. Et là, vous la retrouvez dans Central Park jouant de la guitare. Mais ce n'est plus la jeune fille pétillante que vous avez élevée. Vous l'approchez et lui demandez de rentrer à la maison. Elle se met à courir. Vous la suivez. Quel autre choix avez-vous ? Bienvenue dans l'enfer de Simon ...

Autre polar, autre lieu, autre ambiance. Comme d'habitude avec H. Coben, une intrigue bien ficelée dès le départ, crédible, et des situations aussi rocambolesques que plausibles qui s'enchaînent. Ce n'est peut-être pas de la grande littérature, selon certains, mais peu importe, j'ai passé un bon moment de lecture avec le nouvel opus bien mené de H. Coben. YYYYY

***

derniers mètres jusqu'au cimetière :  À 37 ans, Jaakko a tout pour être heureux. Jusqu’au jour où, lors d’une simple visite médicale, il apprend qu’il va bientôt mourir. La raison de ce triste verdict : quelqu’un l’empoisonne depuis longtemps à son insu. Alors que cette annonce aurait suffi pour faire de cette journée la pire de sa vie, Jaakko n’est pas au bout de ses surprises. En rentrant chez lui, il découvre sa femme sur la chaise longue du jardin en plein ébat avec le livreur de leur entreprise. Trop, c’est trop ! Jaakko décide d’utiliser les derniers jours qui lui restent pour enquêter lui-même sur son empoisonnement. Et nombreux sont ceux à avoir un mobile pour tuer celui qui est l’heureux propriétaire d’une société hautement rentable et spécialisée dans la culture d’un champignon : le matsutake. Une espèce particulière qui pousse en Finlande et dont les Japonais raffolent au point de l’acheter à des prix déraisonnables !

Je ne saurais dire pourquoi ce livre m'a rappelée "la lettre d'Harold Fry", mais ce sentiment m'a tenue tout au long de ma lecture. Pourtant, l'histoire n'a rien à voir, le style non plus. L'atmosphère peut-être. Toujours est-il que j'ai beaucoup aimé le livre, à mi-chemin entre le polar et le roman classique. Bref, un très bon moment de lecture ! YYYYY

***

le bonheur n'a pas de ride :  Paulette a 85 ans, un caractère bien trempé, et pas toute sa tête. Enfin, à ce qu’elle prétend. Lorsqu’elle se retrouve bien malgré elle la nouvelle pensionnaire de l’Auberge de Monsieur Yvon, elle n’a qu’une obsession : en partir ! Mais c’est sans compter sur l’étrange fascination que les autres habitants et leurs secrets vont bientôt exercer sur elle. Que contiennent ces lettres mystérieuses trouvées dans la chambre de Monsieur Georges ? Qui est l’auteur de ce carnet abandonné dans la bibliothèque ? Une chose est certaine : Paulette est loin d’imaginer que ces rencontres vont changer sa vie et peut-être, enfin, lui donner un sens.

J'ai acheté ce livre presque par hasard, sans doute pour le petit beurre grignotté au goût d'enfance de la couverture. Je n'ai pas regretté. L'histoire est simple mais les personnages sont très attachants, Paulette ne dit pas tout, on le sent dès le départ, on découvre peu à peu ses failles, mais aussi ses forces. Elle m'a fait penser parfois à l'une de mes grands-mères, par ses petites phrases toutes faites. Un livre à lire sans se rendre la tête cet été sur la plage, ou à la montagne. YYYYY

***

Les gratitudes :  « Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.  Et la peur de mourir. Cela fait partie de mon métier. Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c'est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas. » Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre. 

Sans être un coup de coeur, ce livre est un court roman que j'ai beaucoup aimé  lire. Certes, il ne manque pas de clichés, de bons sentiments, mais j'ai quand même pris une vague de souvenirs en pleine face, avec l'une de mes mamies, qui mélangeait peu à peu les mots et les souvenirs.... Si seulement elle avait pu connaître un EPAHD aussi idyllique que celui-ci ! J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre, à l'écriture fluide et très agréable. YYYYY

***

au petit bonheur la chance :  1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus. Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un coeur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie. Un duo improbable et attachant pour une cure de bonne humeur garantie !

Cet avant-dernier opus d'A. Valognes est plaisant à lire, sans doute un peu plus lourd en termes d'histoire et de sentiments de certains personnages, mais une fois encore, cela se lit très facilement, agréablement. Ce petit garçon est émouvant, je n'ai pas réussi à être empathique avec cette mère. Je me suis laissée prendre par l'histoire. YYYYY

***

Voilà. Depuis, j'ai lu : 

 

huitieme soir

 

et le prochain sera : 

berceau

A bientôt.

Posté par christelle02 à 05:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


11 juin 2019

une petite carte

Il y a quelques temps, on m'a commandé une carte de félicitations pour un mariage. Je me suis inspirée d'un modèle de Cath, et voici ce que j'ai fait : 

mariage 1

mariage 2

Dommage pour moi, la personne qui me l'avait commandée n'est pas venue la chercher ! Tant pis, elle a rejoint la boîte des cartes faites, et qui me serviront un jour, ou, qui seront vendues en fin d'année au marché de Noël au profit de mon association. Je l'aime bien quand même cette carte, j'ai pris plaisir à la faire. 

 

Posté par christelle02 à 05:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 juin 2019

pause ...

Coucou à toutes et tous. Juste un passage par ici pour vous dire que je suis ...

818e2f45

Le mois de juin est toujours très chargé, entre les spectacles de fin d'année, les spectacles de danse, les fins d'année au boulot, auxquels s'ajoute cette année les préparatifs de la communion de MaGrande ! De fait, après les invitations que vous avez vues il y a quelques semaines, je prépare actuellement les menus, les cartes souvenirs et les boîtes à dragées. Et comme je ne veux pas les dévoiler avant que les convives les aient vus, je vais mettre ce blog en pause, jusqu'à la fin du mois, et reviendrai à ce moment-là vous montrer ce que j'ai fait. Si je fais quelques cartes entre temps, je viendrai vous les montrer, mais je ne sais pas quand j'aurais le temps, alors, je vous dis... A bientôt. 

Posté par christelle02 à 06:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 juin 2019

Atelier express

La semaine dernière, MaGrande participait à un rassemblement de jeunes du département de son collège, et j'y ai passé un après-midi en tant que bénévole pour animer un atelier. Il était question de partage, de création, de transmission et de bienveillance. La consigne était de prévoir des activités simples et courtes, les ateliers, composés de 8 ados, se succédant tous les quarts d'heure pendant 2 heures 30. Autant vous dire que ce fut intense ! 

Bref, en préparant, je me suis dis qu'il fallait que je prévois des gabarit déjà prêts, des modèles simplissimes (puisque la plupart des jeunes n'avaient sans doute jamais entendu parler de carterie ou de scrap)... Je suis donc partie sur des marque-page, et sur des cartons de remerciement / souvenir de communion, puisque nombre d'entre eux, élèves de 5ème, préparent cette cérémonie. Voici donc les modèles que j'avais fait : 

carte communion

marque pages

J'avais donc précoupé dans de la cartonnette une soixantaine de marque page et autant de cartelettes. Bien m'en a pris, parce que c'était encore trop compliqué pour nombre d'entre eux ! De mon point de vue, ce fut un massacre ... il faut dire que nous n'avions qu'une table, que les jeunes étaient debouts, nous étions en plein air, et ils étaient surexcités ! Malgré mes explications, bien peu ont pris la peine de recouvrir les cartonnettes de papier au choix, les tampons ont été faits n'importe comment (il m'en manque d'ailleurs trois à l'appel désormais !) ! Enfin, les jeunes ont semblé contentes (essentiellement des filles) de leurs réalisations, c'est le principal ! 

J'ai au moins eu le bonheur de partager ce moment, de découvrir cet univers, et de faire deux belles rencontres, l'une avec une des encadrantes, et l'autre avec un prêtre, tous deux respirant la douceur et la bienveillance à l'égard de ces jeunes. Finalement, cette demi-journée fut aussi sympathique que frustrante, mais je suis ravie d'y avoir participé. 

Posté par christelle02 à 06:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 mai 2019

Et un mini

Comme annoncé en fin de semaine, j'ai également offert un mini album à ma mère. Il s'agit de celui que m'avait envoyé Catherine et dont j'avais adoré le montage. Je l'ai donc habillé, et l'ai agrémenté de quatre photos, liées à de jolis souvenirs, pour l'offrir à ma Maman ! 

mini mam 1

mini mam 2

mini mam 3

mini mam 4

mini mam 5

mini mam 6

Alors, qu'en dites-vous ? Moi, j'ai aimé finaliser cet album, avec des photos que j'adore et il n'est pas impossible que je m'en inspire pour en faire un autre, sur le même thème. 

Encore merci à Catherine pour ce mini. 

A bientôt.

Posté par christelle02 à 06:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


27 mai 2019

Bonne Fête, Maman !

Pour commencer la semaine, voici la carte que j'ai réalisée pour ma Maman, pour la Fête des Mères. Il s'agit d'un modèle dont Cath nous a offert le tuto il y a une dizaine de jours. 

mom fete meres 2

mom fete meres

Vous reconnaissez les papiers ? Une ancienne collection BG que j'ai adorée, et dont il me reste quelques feuilles.

A bientôt pour le mini qui allait avec. 

Posté par christelle02 à 06:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 mai 2019

Ca vous tente ?

Pour terminer la semaine, une petite idée qui m'est venue récemment lors d'une séance bookcrossing" dans mon village. Kesako ? Un échange de livres. On vient, on donne des livres, et on en prend d'autres. Ca m'a donné une idée : Et si on tentait de transposer cela à nos échanges ?

Mon idée : Chacune donne un livre et en reçoit un. C'est simple. Pour cela, vous vous "inscrivez" ici en commentaire, ou par mail, et je crée des binômes, aléatoires, et on s'échange un livre + une carte. Le livre ne doit pas être neuf, c'est votre choix, celui que vous voulez, adulte ou jeunesse. Un format poche suffit. Précisez seulement si un jeunesse vous intéresse ou pas, qu'on ne vous envoie pas un "première lecture" si vous n'avez pas de jeunes enfants à la maison. L'idée, c'est juste le partage. 

téléchargement

Disons que l'on se donne jusqu'au 31 mai pour les inscriptions. Puis je publie les binômes, et vous donne le nom et l'adresse ou le mail de votre partenaire de jeu, et vous avez jusqu'à la fin juin pour faire votre envoi. 

Ca vous tente ? 

C'est parti. S'il n'y a pas d'amateur, ce n'est pas grave, ce n'est qu'une idée. 

 

Posté par christelle02 à 06:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 mai 2019

Carte chevalet

Ce week-end, ma copine Sylviane et moi avons scrapé des cartes ensemble. Nous avons testé la carte chevalet proposée par Cath début mai. 

Aujourd'hui, je vous montre la version de Sylviane : 

P_20190518_112631

J'aime beaucoup la douceur des coloris choisis. Un peu de patience pour voir la mienne, car elle n'est pas encore arrivée à destination, donc, vous la verrez après. 

Bon début de semaine.

Posté par christelle02 à 06:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 mai 2019

Plaisir de lire

Le mois d'avril est terminé depuis pas mal de temps, me voici donc avec mes dernières lectures : 

avril

"Au petit bonheur la chance"1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus. Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un coeur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie. Un duo improbable et attachant pour une cure de bonne humeur garantie !

Dès les premières pages, on reconnaît la patte d'Aurélie Valognes. Les personnages sont attachants, comme d'habitude. Même s'il n'y  a pas de grosse surprise, j'ai toujours une émotion particulière en lisant Aurélie Valognes. Cette nouvelle tranche de vies, un peu cabossées, m'a touchée, et j'ai passé un très bon moment à la lecture de ce livre. YYYYY

***

"malgré nous"1988. Après avoir survécu à un terrible incendie en colonie de vacances, Théo, Maxime et Julien, 13 ans, se jurent une amitié indéfectible. Le premier juin 2009, le vol Rio-Paris s'écrase dans l'Atlantique. Parmi les passagers, Marine, l'épouse de Théo et la mère de leur fille Julie. Malgré la présence fidèle de Maxime et Julien, le jeune père de famille s'effondre. Très vite pourtant, des éléments troublants laissent planer un doute autour de la disparition de Marine. La jeune femme ne serait peut être pas montée à bord de l'avion. Est-elle toujours vivante ? Pourquoi Théo reste-t-il sans nouvelles ? Faut-il toujours faire confiance à ceux que l'on aime ?

Ce livre, c'est d'abord l'histoire d'une amitié hors norme, entre trois hommes, liés depuis l'enfance. Tout comme elle avait si bien su le faire dans "en ton âme et conscience", Claire Norton nous emmène dans un tourbillon de sentiments variés, forts. Si j'ai finalement assez vite compris où l'auteur nous emmenait, je n'en ai pas moins apprécié l'écriture, la structure, et la description des sentiments des uns et des autres. Merci à mon libraire de m'avoir recommandé la lecture de "malgré nous" ! YYYYY

***

"dis, t'en souviendras-tu?"Aude a 23 ans, elle est l'épouse d'un célèbre parfumeur de Grasse. Ce matin, elle se réveille à l'hôpital, privée d'une partie de sa mémoire. Elle apprend qu'on l'a retrouvée, inanimée, sur un chemin désert. Non loin, la voiture de son mari, portières ouvertes, vide. Que leur est-il arrivé ? Aidée d'un psychiatre, elle va tenter de recouvrer la mémoire. Mais le veut-elle vraiment ? Avec le retour de ses souvenirs, ne devra-t-elle pas faire face à une redoutable vérité ?

On n'attend pas Jeannine Boissard dans un style polar, et, si cela n'avait été un choix dans le cadre du club de lecture, il y a fort à parier que je serai passé à côté. Loin des polars islandais, finlandais, tout aussi loin des romans de terroirs auxquels elle nous a habitués, Jeannine Boisasrd signe là un roman où l'intrigue le dispute au choc des univers (bourgeois vs populaire), le tout avec une écriture agréable et efficace. Un bon moment de lecture. YYYYY

***

 

"gare à Lou" : Comme le disaient Mozart et Shakespeare : " Il est très agréable de jouir d'un don exceptionnel, mais il ne faut pas oublier que c'est une source inépuisable d'embêtements. " À 12 ans, Lou partage absolument cette opinion. Au prétexte qu'elle est en mesure de faire tomber immédiatement les pires calamités sur la tête de tous ceux qui la contrarient, on l'enferme dans un endroit secret en compagnie de militaires haut gradés pour qu'elle devienne une arme absolue capable de mettre en échec les plans malveillants des ennemis du pays ou, pire, d'ourdir de méchantes et sournoises manœuvres afin de causer des torts effroyables à d'autres nations. De telles occupations n'offrent pas à une adolescente les satisfactions que la vie aurait pu lui promettre. D'autant que son super pouvoir, aussi extraordinaire soit-il, ne fonctionne pas toujours comme prévu. Rien ne pouvait mieux inspirer Jean Teulé que d'imaginer les horreurs qu'un être humain bien disposé peut infliger à ses contemporains.

Avec ce roman, Jean Teulé renoue avec l'univers fantastique qu'il nous avait offert dans "le magasin des suicides". Les trouvailles de vocabulaire, les mots valises, sont un véritable bonbon pour le lecteur. Rien d'étonnant à ce que Jean Teulé soit un fan de Boris Vian. On retrouve ici le même genre de folie (du pianocktail de "l'Ecume des jours" aux écorche-cieux de Jean Teulé, la distance est mince, et j'ai lu ce roman avec une vraie délectation ! Bon, OK, je suis assez fan de Jean Teulé, depuis "Darling". Je sais qu'il ne fait pas l'unanimité, mais vous l'aurez compris, j'ai vraiment beaucoup aimé ! YYYYY

***

A part cela, j'ai lu deux livres dont je ne saurais que dire, donc je ne les ai pas mis dans la rubrique directement : 

mai pff

Pour le Camilla Grebe, si l'idée de départ me séduisait, je ne suis pas du tout rentrée dedans, et j'ai abandonné à la moitié. Pour "Bacchantes", je suis allée au bout, mais je n'ai rien compris !! Si vous les avez lus, je suis curieuse de savoir ce que vous en avez pensé. 

Actuellement, je lis : 

Le-Bonheur-n-a-pas-de-rides

A bientôt.

Posté par christelle02 à 06:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mai 2019

Semer des graminées

Plusieurs d'entre vous apprécient ma petite rubrique "lectures". Récemment, je vous parlais du premier roman de Nathalie Longevial, une personne chère à mon coeur pour de multiples raisons. 

Aujourd'hui, j'ai besoin de vous, parce qu'elle a besoin de nous. En effet, pour que son prochain livre, auto-édité, ait une chance de figurer en version papier dans les librairies, et sur les plateformes de vente, il faut qu'elle ait eu cinquante pré-commandes avant le 12 juin, date de la sortie de son livre, dont voici la couverture : 

semerdesgraminees-cover-librinova

Vous voulez en savoir plus ? Voici ce que je peux vous en dire : 

4ème de couverture :

Papa a un cancer.

Papa a un cancer et tout le monde se doute de la fin. De toute façon, me direz-vous, il n’y a qu’une fin et à la fin on meurt.

Papa a un cancer et c’est comme si j’écrivais « papa va mourir ». Quand ? Bientôt ?

Papa a un cancer et c’est comme si j’écrivais « Papa est mort ». Déjà.

Ce livre n’est pas un roman. Il n’y a aucun suspens. Au début, vous connaissez déjà la fin.

Avec « Semer des graminées » l’auteure retrace avec poésie, émotion et amour les liens qui unissent un père malade à sa fille. Sans jamais tomber dans le pathos ou l’impudeur et en faisant preuve d’autodérision et d’humour, Nathalie LONGEVIAL retricote les non-dits et colmate les fissures d’une relation touchante. Dans un style incisif aux phrases courtes, un texte fort pour ne pas oublier de dire aux gens qu’on aime, qu’on les aime.

***

Vous ne lisez pas sur liseuse ? Moi non plus !! Mais je l'ai commandé quand même, parce qu'il est en précommande au prix de 0,99 €, ici, et que, franchement, avec un prix papier plus tard de 11,90 €, ce n'est pas un souci d'acheter les deux. 

Si vous voulez en savoir plus, sur le livre, sur Nathalie, c'est par ici

Merci d'avance pour votre coup de pouce. Et, si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à partager aussi sur vos blog ou à relayer mon post... plus nous serons, mieux ce sera !

Posté par christelle02 à 05:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]